Le divorce est une épreuve difficile, tant sur le plan émotionnel que financier. Parmi les dépenses à anticiper, il y a les frais de notaire, qui peuvent représenter une part importante du budget. Quand et pourquoi le notaire intervient-il lors d’un divorce ? Quels sont les éléments qui influencent le montant de ses honoraires ? Comment se répartissent les frais entre les ex-époux ? Nous vous expliquons tout ce qu’il faut savoir sur les frais de notaire lors d’un divorce en France. 

Le rôle du notaire dans la procédure de divorce

Le notaire est un officier public chargé de recevoir et de rédiger des actes juridiques ayant une force probante et exécutoire. Il a également une mission de conseil et d’accompagnement des personnes qui font appel à ses services. Dans une quête de renseignements pouvant vous mener à voir ce site, vous constaterez que lors d’un divorce, le notaire peut intervenir à plusieurs moments. 

Convention de divorce

Il aide les époux à élaborer une convention réglant les conséquences de leur séparation, notamment sur les aspects familiaux (garde des enfants, pension alimentaire, etc.) et patrimoniaux (partage des biens, prestation compensatoire, etc.). 

Acte de divorce par consentement mutuel

Le notaire peut également rédiger et authentifier l’acte de divorce par consentement mutuel, qui est le mode de rupture le plus rapide et le plus simple. Depuis 2017, ce type de divorce ne nécessite plus de passer devant le juge, sauf si un enfant mineur demande à être entendu.

Répartition des biens

En tant qu’officier civil, le notaire peut procéder à la liquidation et au partage du patrimoine des époux, en cas de présence de biens immobiliers communs ou de régime matrimonial complexe. Il veille alors au respect des droits de chacun et de l’équilibre des opérations.

Les facteurs qui influencent les frais de notaire

Les frais de notaire sont composés de plusieurs éléments.

  • Les émoluments : rémunération du notaire pour le temps passé et le travail effectué ; fixés par un barème officiel.
  • Les débours : frais engagés par le notaire pour accomplir sa mission (frais de dossier, de timbre, de publication, etc.) ; remboursés au notaire par les clients, sans majoration.
  • Les taxes : prélèvements obligatoires dus à l’Etat ou aux collectivités locales ; perçues par le notaire et reversées au Trésor public.

Le montant total des frais de notaire dépend donc de plusieurs facteurs, tels que :

Le type de divorce

Le divorce par consentement mutuel entraîne généralement des frais de notaire moins élevés que le divorce contentieux. Ce dernier requiert plus d’intervention du notaire et se résout devant un juge.

La situation patrimoniale

Plus le patrimoine est important et diversifié, plus les frais de notaire sont élevés. En général, il faut procéder à des évaluations, des calculs et des formalités plus complexes, dont se charge le notaire.

Le régime matrimonial

Le régime détermine les règles applicables au partage des biens et des dettes, ainsi que la répartition des frais de notaire entre les parties.

La répartition des frais de notaire entre les ex-époux

La question de la prise en charge des frais de notaire se pose souvent lors d’un divorce. La réponse dépend essentiellement du régime matrimonial sous lequel les époux se sont mariés.

Sous le régime de la communauté de biens

Qu’elle soit légale, universelle ou réduite aux acquêts, la communauté de biens impose aux époux de supporter chacun la moitié des frais de notaire. Ces frais sont alors prélevés sur l’actif commun à partager.

Sous le régime de la séparation de biens

Avec ce régime, les époux peuvent convenir librement de la répartition des frais de notaire, en fonction de leurs intérêts respectifs. Ils peuvent par exemple décider que celui qui conserve le logement familial paiera la totalité des frais, ou que celui qui a les revenus les plus faibles paiera moins que l’autre.

En plus des frais de notaire, les époux doivent également tenir compte des éventuelles sommes dues au titre de la prestation compensatoire et de la pension alimentaire.